La mâchoire, le masque et les lèvres

Le masque stable, la mâchoire détendue, la souplesse des lèvres, la maitrise de la langue.

Pour les instrumentistes à vent, la recherche d’un équilibre entre le muscle constricteur (l’orbiculaire) et tous les muscles dilatateurs est fondamental.

Si les muscles dilatateurs travaillent dans toutes les directions « en soleil », les muscles abaisseurs des lèvres eux, sont trop souvent négligés.

Autre exemple, le manque de souplesse en descendant dans les graves provient d’un relâchement excessif du masque. Cette gène vous fait compenser, créé des tensions inutiles et de la fatigue.

N’oublions pas que la qualité du masque et des lèvres dépend de la dynamique de la langue et de la respiration. La langue est en lien direct avec la gestion du débit d’air et évite les compensations du masque ou des lèvres.

La focalisation sur le masque seul est source de tensions :

  • Votre mâchoire se tend, vous serrez des dents et tendez votre nuque, votre gorge se ferme.
  • L’équilibre musculaire agoniste/antagoniste du masque peut se désorganiser.
  • Si les lèvres compensent, elle se fatiguent et peuvent aller jusqu’au surmenage.

Pour optimiser votre masque ou vos lèvres, il convient d’ajuster vos épaules, votre axe vertical « des pieds à la tête », votre respiration et votre langue.