L'axe horizontal : les épaules

Des épaules puissantes libèrent les lèvres et les mains.

Jouer signifie porter les bras en suspension dans une position relativement immobile.

Vos épaules et votre nuque fatiguent, vous cherchez à les relâcher.

C’est un leitmotiv fréquent mais en les « relaxant » vous les tendez !

Car le poids des bras pèse sur la musculature du haut du dos.

Le relâchement excessif fatigue la nuque qui se tend et la respiration est restreinte.

Lorsque vous tirez vos épaules en arrière, ce fameux point douloureux entre les omoplates s’installe.

A l’inverse, des épaules « tenues et engagées» libèrent ce point et allègent la nuque.

Elles empêchent les compensations du masque et des mains et augmente la confiance en soi.